Derniers sujets
» Instruments dans la descente du cockpit
Hier à 16:39 par Mandrake

» Plan du safran
Hier à 16:27 par Mandrake

» Pour les fanatiques du bahia et plus si affinités
Jeu 6 Déc - 11:54 par yves

» Polaires du Bahia
Mar 27 Nov - 18:35 par Eric à alésia

» Sens de montage des haubans sur leur cadène
Ven 23 Nov - 22:57 par Gilles de Saint Nazaire

» Site Nautikal Trek
Ven 23 Nov - 15:44 par Mandrake

» Site Petits Voiliers
Ven 23 Nov - 15:37 par Mandrake

» Équipier en Bretagne
Jeu 22 Nov - 23:08 par Yema

» Marin en bretagne
Mar 20 Nov - 12:49 par Stephane-Vabag


Manoeuvres de port / Prise de coffre / Mouillage

Aller en bas

Manoeuvres de port / Prise de coffre / Mouillage

Message par Eric à alésia le Lun 17 Sep - 21:37

Ce sujet est issu du précédent forum. Toutes les contributions qui l’accompagnaient ne sont peut-être pas reproduites ici mais il peut à nouveau être enrichi par votre participation.

Jacques 28 mars 2010

Bonsoir,

C'est encore moi (j'espère que je ne vous ennuie pas avec mes questions). Je voudrais avoir quelques précisions sur les manoeuvres de port sur un bateau type Bahia ou Start 6 en solo :

1) comment faites-vous pour prendre un coffre ? J'ai entendu parler de gaffe "automatique", mais est-ce seulement un gadget ou quelque chose de vraiment pratique ?

2) pour mouiller l'ancre, il est d'usage d'aller à l'avant aussi bien pour mouiller que pour relever l'ancre (GV hissée mais choquée ou moteur au ralenti) ; peut-être avez-vous des combines pour faire ces manoeuvres depuis le cockpit ?

3) enfin, j'imagine une arrivée au catway en marche avant : vaut-il mieux une bonne défense d'étrave ou plutôt chercher à "crocher" comment ?) une amare en bout de cat-way pour freiner le bateau ?

Merci d'avance ... et bon vent !


Jacques

Milo 28 mars 2010

Jacques a écrit :

1) comment faites-vous pour prendre un coffre ? J'ai entendu parler de gaffe "automatique", mais est-ce seulement un gadget ou quelque chose de vraiment pratique ?


En solo, mon amarre est sur le taquet, passe par le chaumard et est ramenée sur l'arrière du bateau en passant par l'extérieur des filières et des haubans. La gaffe est prête et j'avance doucement à la voile ou au moteur sur la bouée. Je l'évite au dernier moment et débraye le moteur ou lâche l'écoute de GV pour que le bateau file sur son erre en laissant frotter la bouée le long de la coque. Lorsqu'elle arrive au niveau de la cabine je la gaffe depuis le cockpit et y glisse l'amarre que je ramène ensuite vers l'avant

Jacques a écrit :
2) pour mouiller l'ancre, il est d'usage d'aller à l'avant aussi bien pour mouiller que pour relever l'ancre (GV hissée mais choquée ou moteur au ralenti) ; peut-être avez-vous des combines pour faire ces manoeuvres depuis le cockpit ?


Je ne dispose pas de baille à mouillage, celui ci est dans un sac que je suis obligé de transporter pour le mettre à poste. Pour éviter d'aller à l'avant par mer un peu formée j'ai déjà mouillé l'ancre par l'arrière après avoir frappé le câblot au taquet et l'avoir fait passer par l'extérieur. Il suffit de laisser tout filer et de régler ensuite sa hauteur de chaine en remontant le trop mouillé.
Pour relever, pas trop de choix il faut aller à l'avant. En solo, je met le moteur au ralenti et utilise le pilote pour avancer sur le mouillage.

Jacques a écrit :
3) enfin, j'imagine une arrivée au catway en marche avant : vaut-il mieux une bonne défense d'étrave ou plutôt chercher à "crocher" comment ?) une amare en bout de cat-way pour freiner le bateau ?


Je place les défenses, en principe je n'en met pas à l'étrave.
J'ai toujours la gaffe à portée de main et un pare battage à disposition.
Les amarres sont prêtes et je prévois une garde qui sera tournée sur le taquet en bout de cat way pour immobiliser le bateau
Toutes les manœuvres sont réalisées dans le calme, à petite vitesse en tenant compte du vent et de l'éventuel courant. Engager la pointe dans le cat way, ne pas avancer trop vite et donner un petit coup de marche arrière pour casser l'erre et arrêter le bateau avant que l'étrave ne touche puis point mort. Il n'y a plus qu'à descendre pour immobiliser le bateau avec la garde puis les aussières.
Sur de longs cat ways il est possible de passer la garde pour freiner le bateau mais souvent ils ne font que 2/3 de la longueur, cette manœuvre n'est alors possible qu'avec un équipier.

Eric à Alésia 28 mars 2010

Bonjour à tous!

Prise de coffre:

En achetant le canot la gaffe était équipée d'un crochet de prise de coffre comme celui-ci:
http://www.bigship.com/catalogue/mouillage-1/gaffes/crochet-de-mouillage-120mm
Le principe me plaisait bien mais à cause de l'ouverture du mousqueton insuffisante, les gros anneaux de coffre ou arceaux de tonne ne passent pas.
Après m'être énervé quelques fois, j'ai trouvé à la coopérative maritime de Yeu (j'ai regardé partout ailleurs et n'en ai jamais vu d'autres), le même type de mousqueton mais 4 fois plus grand. Restait juste à le fixer en le glissant entre deux petites plaques d'alu rivetées sur la gaffe.
Un bout de la longueur du bateau est épissé sur le crochet et comporte à son autre extrémité un œil enfilé autour du taquet avant.
En passant à l'extérieur de tout j'attends tranquillement le passage du coffre le long de la coque, clique le mousqueton maintenu par la gaffe, le mousqueton se désengage quand je retire la gaffe et ne m'occupe plus de rien!
Après rangement du canot, je remplace ce bout par celui qui me sert sur les coffres: un diamètre 18 de 5 m enfilé en son milieu dans un tuyau d'arrosage pour éviter le ragage.

Mouillage

Le bahia est équipé d'une baille et avant d'approcher de la zone de mouillage je prépare une biture (puisque que mon mouillage est principalement en chaine (30 m + 20 de bout)) et pré-positionne l'ancre sur le davier. J'approche doucement en surveillant le sondeur et tout le reste, puis fini sur l'erre le temps que j'aille à l'avant. Je fais tremper mon ancre en surveillant la fin de l'avance puis dès qu'elle est fini je mouille un peu plus du fond déjà puis je laisse le mouillage se tendre et progressivement je donne de la longueur. Une fois la longueur mesurée à l'eau je met un coup de marche arrière pour tendre le tout et crocher.
Pour relever , GV haute et moteur au point mort, je préfère tirer dessus régulièrement que risquer d'aller trop vite avec le moteur.

Arrivée de catway

Tous les par-bats sont à poste et sur chaque bord est tournée une amarre de 15 m. Chaque amarre à ses extrémités tournées sur l'avant et sur l'arrière et la longueur restante est proprement lovée sur l'hiloire.
Je n'utilise pas la gaffe ni de par-bat volant et me présente très lentement (jamais plus vite que si je godillais Cligne . ce n'est pas le rythme de tous les autres mais moi ça me va bien comme ça).
Je laisse le bateau finir sur son erre et ne me sert que très rarement de la marche arrière. Dès que je peux je descends sur le cat-way avec mon bout et je peux alors contrôler l'avant et l'arrière en fonction des conditions. Je fais ensuite des nœuds provisoires avec cela (souvent pas très académiques) avant de remplacer le tout par un amarrage plus sérieux avec toujours deux gardes et deux pointes.

Jacques 28 mars 2010

merci à tous les deux pour vos réponses : c'est très sympa à vous d'éclairer ma lanterne ...

Bonne soirée


Jacques
avatar
Eric à alésia

Messages : 126
Date d'inscription : 12/09/2018
Age : 54
Localisation : Bourgogne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum